Concepts de la R.O.G

 

Pour réussir une Reconstruction Osseuse Guidée, il faut respecter certaines règles :
 
  1. Exclusion des cellules épithéliales et conjonctive
  1. Maintenir un espace entre la membrane et l'os
 
L’objectif d’une reconstruction osseuse est d'obtenir au moins 1,5 mm d'os autour de l'implant, il doit donc y avoir un maintien de l'espace autour de l’implant pour espérer ces résultats.
 
Différentes techniques ont été rapportées dans la littérature pour prévenir l’affaissement des membranes:
 
Merli et Coll, utilisent des plaques d'ostéosynthèse en titane qui seront mise en forme et fixées à l'os de manière à ménager un espace suffisant pour le biomatériau autour des implants et prévenir l'affaissement des membranes.(1)
 
Armand et Solyom utilisent des membranes armées ou en titane seules ou recouvrant de l’os autogène et fixées avec des clous.(2)
 
On peut également interposer sous la membrane un matériau de comblement en veillant à immobiliser la membrane par des clous en titane ou des sutures.
 
Le matériau de comblement sert non seulement à maintenir un espace mais aussi à accélérer la régénération par ses propriétés ostéoconductrices.
 
  1. vascularisation du site
Il faut faire de multiples perforations de l'os cortical receveur.
  1. stabilisation de l'ensemble sinon encapsulation fibreuse
La membrane est découpée de manière à aller au-delà du défaut (de 2 à 4 mm) et ne pas recouvrir le desmodonte des dents voisines, pour augmenter sa stabilité on peut la fixer avec des minis vis ou des clous en titane.
 
On proscrit le port de PA.
Alimentation molle pendant 6 semaines.
 
  1. ne pas exposer la membrane pour une cicatrisation optimale
 
La prévention de l’exposition de la membrane est assurée en refermant le lambeau sans traction (une traction trop importante se traduit par un œdème post opératoire et un lambeau qui lâche).
On fait donc une incision en épaisseur partielle et un repositionnement coronaire du lambeau qui sera suturé avec des points matelassiers horizontaux.
 
On préfère utiliser des membranes qui supportent d'être exposée sans que le résultat ne soit compromis.
C’est le cas avec les membranes en titane et armées, en cas de perforation on impose au patient une maintenance très stricte (application d’un gel désinfectant 3 à 6 fois par jour) et un contrôle par semaine chez le praticien.
 
L’objectif étant de conserver la membrane au minimum 2 mois afin que la formation osseuse soit initiée.
 
 
Les matériaux:
 
 
  1. Membrane
Deux types de membrane existent : les résorbables et les non résorbables.
 
Les membranes résorbables
Elles présentent l’avantage de ne pas nécessiter de 2ème temps opératoire et selon certains auteurs de s’exposer moins souvent que les non résorbables. Cependant, si elles sont exposées il y a souvent une résorption rapide de la membrane compromettant ainsi le résultat de l’intervention.
De plus, si on veut utiliser des membranes résorbables, il faut que la cinétique de sa résorption
soit compatible avec celle de la formation osseuse.
Enfin ces membranes ont souvent des qualités mécaniques faibles, la stabilité du greffon
ne peut être assurée avec certitude.
C’est pourquoi nous préférons réserver l’usage de ces membranes aux réparations de perforation de la membrane sinusienne.
 
Pour assurer des reconstructions osseuses de faible à moyenne étendue nous préférons l’usage
de membrane non résorbables qui ont des qualités mécaniques comme celle qui sont armées
ou celles en titane (Dentium), leur fixation est assurée par des mini clous en titane (Dentium).
 
Les membranes en titane peuvent être brunies sur l’os pour majorer l’étanchéité.
 
Ces membranes devront être retirées entre 4 et 6 mois en fonction du biomatériau de comblement utilisé, on fera en sorte de faire coïncider cette intervention avec la mise en place des implants ou la mise en fonction.
 
  1. Matériau de comblement
Le biomatériau idéal doit :
  • ĂŞtre ostĂ©oinducteur,
  • facile Ă  manipuler,
  • avoir une rĂ©sorption contrĂ´lĂ©e, il doit se rĂ©sorber complètement, mais pas trop vite.
  • Etre hydrophile, cela permet une ostĂ©ogĂ©nèse plus rapide, une adhĂ©sion bactĂ©rienne rĂ©duite et la possibilitĂ© d’imprĂ©gner le matĂ©riau avec une substance active antibiotique ou autre.
  • ĂŞtre disponible en quantitĂ© suffisante,
  • rĂ©sister Ă  la contamination, pour pouvoir supporter l'exposition dans la cavitĂ© buccale.
  • Etre similaire Ă  l’os en ce qui concerne son ultrastructure et son Ă©tat de surface.
 
L’OSTEON remplit la quasi-totalité de ces critères ce qui confirme la très grande qualité de ce matériau.
 
 
L’OSTEON est :
  • OstĂ©oconducteur,
  • Facile Ă  manipuler, il est disponible au choix en seringues ou en pot
  • A une rĂ©sorption contrĂ´lĂ©e,
  • Hydrophile,
  • Disponible en quantitĂ© suffisante,
  • Similaire Ă  l’os en ce qui concerne son ultrastructure et son Ă©tat de surface.
 
Cas clinique
 
 
 
 
 
 
 
 
Bibliographie
 
1 / Merli M et Coll. Augmentation de l'epaisseur et de la hauteur des cretes: nouvelle approche utilisant des plaques d'osteosynthese, des greffes osseuses et des membranes resorbables. Parodont Dent Rest 2006; 26(1): 581-587
 
2 / Armand S et Solyom E les reconstructions osseuses en implantologie. Implantologie 2008 :6(1) : 35-50

Main menu